Romance 371


J’ai heurté, savez-vous, d’incroyables Florides

Je ne puis plus, baigné de vos langueurs, ô lames,
Enlever leur sillage aux porteurs de cotons,
Ni traverser l’orgueil des drapeaux et des flammes,
Ni nager sous les yeux horribles des pontons.
Arthur Rimbaud, Le bateau ivre

Romanza … là, sulle coste della Bahia…
Ho esitato a lungo per la traduzione
Lascio a Voi la scelta
qui

Annunci